Partagez | 
 

 hæresis. dans la forêt des mal-aimés.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre
♦ ♦ ♦ ♦
messages : 53
MessageSujet: hæresis. dans la forêt des mal-aimés.   Mer 11 Fév - 20:17
dans la forêt des mal-aimés
hæresis&&hélia
Levée de bien bonne heure, ce qui était étrange pour quelqu'un qui était en congé, Hélia se préparait à affronter le jour et surtout se préparer à affronter une aventure rocambolesque – ou pas. À vrai dire, profitant d'un rare jour où aucun rendez-vous ne figurait dans son agenda, elle avait prévu d'aller se promener en forêt. Ça pouvait sembler être une drôle d'idée ou plutôt une idée qui sortait de nulle part, mais ce n'était pas exactement le cas, elle lui trottait en tête depuis déjà un moment. Depuis le moment où elle avait réalisé qu'elle avait quelque chose s'apparentant à... un don? Plus jamais elle n'avait l'impression de se perdre dans la ville où elle s'était déjà égarée bien souvent et c'était évidemment bien étrange pour elle que de savoir où aller. Enfin, ce n'était pas exactement comme si elle savait où aller, c'était plutôt une impression qui la guidait de façon à ce qu'elle sache toujours quel était le chemin du retour. Bizarre, certes, mais il fallait surtout s'en assurer. Si elle avait commencé par quelques petits tests plus ou moins impressionnants et elle était finalement prête à l'aventure rocambolesque à savoir le test ultime de ce qui semblait être un tout nouveau sens de l'orientation.

C'est ainsi armée d'un sac à dos rempli de choses plus ou moins utile, principalement de la nourriture en fait, qu'elle sortit de chez elle non sans avoir laissé un petit mot à l'intention de son colocataire. Elle ne comptait pas passer trop de temps en forêt, à savoir le test qu'elle s'apprêtait à relever, mais on ne pouvait jamais être trop prudent. Son don n'était peut-être que momentané et elle finirait peut-être perdue dans la forêt qui était aux alentours d'Argopolis. Qui pouvait vraiment le savoir de toute façon? Hélia ne pensait évidemment pas ainsi, mais la prudence était mère de sûreté et voilà qui expliquait le mot.
Elle préféra se diriger à pied vers la forêt, amener sa voiture semblait un peu idiot au final puisque ça tuait le principe du marche. Bon ce n'était pas non plus la priorité de l'expédition, mais autant faire d'une pierre deux coups. Il devait donc être une heure respectable quand elle arriva devant la forêt, notamment parce qu'elle se permit un détour par une boulangerie histoire d'assouvir une envie particulièrement pressante de croissant. Il ne faisait pas trop chaud et la forêt semblait presque invitante alors qu'elle y entrait, visiblement déterminée. Peut-être qu'au final elle avait l'air bien étrange à entrer dans la forêt alors que la majeure partie de la ville devait être au travail ou en train d'aller à l'école, mais pour le coup, elle pouvait bien profiter d'être sauvée de la nécessité d'essayer de convaincre un client que kidnapper ses enfants n'étaient pas la meilleures idées pour obtenir la garde – et malheureusement ce genre de nécessité arrivait plutôt souvent.

« Bon, tu peux le faire. » Petite mesure pour s'encourager alors qu'elle s'enfonçait de plus en plus dans la forêt. Elle ne faisait pas attention à ce qui l'entourait, prenant toujours un sentier au hasard en poussant toujours plus loin.Le but de l'exercice étant de tester son « don » il fallait qu'elle aille jusqu'au bout et ça c'était le plus creux ou profond possible. C'est sur que l'idéal aurait sans doute été de suivre une carte ou quelque chose comme ça pour se rendre à ce point avant de commencer à suivre son don, mais ça aurait été trop facile. Après tout, peut-être avait-elle seulement eu un soudain développement de compétence en terme de mémoire... Oui bon ça ne semblait pas du tout probable, mais entre ça et la nouvelle capacité de toujours savoir son chemin qu'est-ce qui était vraiment plus probable. Non, elle y allait de la manière la plus drastique possible et cette façon l'amènerait sans doute assez loin. Et peut-être plus rapidement qu'elle ne le pensait puisque déjà sous ses pieds les sentiers commençaient à être moins définis, elle était définitivement dans un endroit assez reculé ou du moins pas souvent visité par les habitants de la ville. La prudence dirait qu'il vaudrait mieux de commencer le test ici, mais Hélia décida plutôt de pousser un peu plus loin. Elle commença donc à s'aventurer en direction de l'endroit où les sentiers commençaient à disparaître. S'il n'y avait pas de sentier, elle pourrait complètement tester son don, voilà pourquoi elle continuait à avancer alors qu'elle était vraisemblablement dans un coin bien reculé de la forêt, peut-être même un peu trop.

_________________
I know I'll land here again ☆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre
♦ ♦ ♦ ♦
messages : 146
MessageSujet: Re: hæresis. dans la forêt des mal-aimés.   Dim 15 Fév - 13:55
are you lost × ft. HELIA & HAERESIS
Le garçon flatte l'encolure du cheval. L'animal le scrute d'un air étrange, mais le garçon lui sourit, le plus naturellement qui soit. « Alors, le courant passe entre vous ? » Le garçon ne prend pas la peine de se retourner pour faire face à la personne qui lui parle, il se contente de lui hocher la tête. A croire qu'il est plus amical avec les animaux qu'avec les hommes. « C'est un jeunot, va falloir que tu fasses gaffe avec lui. C'est une vraie teigne mais je me suis dit que... Tu vois, comme tu t'en sors pas mal avec les chevaux... » Le garçon hoche une nouvelle fois la tête, ce que son supérieur ne comprend pas, c'est que ce que ce cheval a le plus besoin, c'est de calme et d'un cavalier unique. En un regard, le garçon a compris que cet animal ne se soumettrait jamais à plusieurs personnes, il n'aurait confiance qu'en une seule, et à jamais. Le garçon n'a jamais voulu s'entendre particulièrement bien avec ces bêtes là, mais maintenant que c'est comme ça, il en a envie. Au plus profond de lui, quelque chose le pousse irrémédiablement vers l'animal. Et, étrangement, chaque cheval, pourtant tout aussi différent que ses congénères, finit par lui accorder sa confiance, aussi naturellement qui si il l'avait connu toute sa vie. Si seulement tous les Hommes qu'il avait connu dans sa vie auraient pu faire preuve de cette même confiance.
Le garçon sentit que l'homme dans son dos s'en était allé. Il se rapproche de la tête du cheval, et il le regarde droit dans les yeux. Cet animal n'est pas particulièrement grand, il est d'un marron foncé, dans le jargon des cavaliers, il est alezan brûlé. Il n'a pas une seule tâche plus claire sur lui, pas de liste sur le chanfrein, pas de balzanes. « Ok, mon bonhomme, aujourd'hui, première sortie. » Le garçon sourit de nouveau. Il n'y a que devant ces animaux qu'il ne sourit en ce moment. Une heure plus tard, il est en selle et il quitte la base, direction la forêt. Il n'est pas très tard, mais le soleil est déjà haut dans le ciel. A quelques kilomètres, le garçon fit arrêter sa monture. Sans descendre, il détache son casque et l'accroche à une branche, il sort une casquette de l'intérieur de son manteau et l'enfonce sur son crâne. L'animal, tendu, aux aguets, ne bouge cependant pas. « Oui, je suis un peu un rebelle, mais tu ne me feras pas tomber, n'est-ce pas ? » Eh oui, le port du casque est obligatoire, mais le garçon déteste porter ces choses, et il se sait assez bon cavalier pour ne pas tomber. Le cheval, toujours tendu, garde ses oreilles dressées et regarde aux alentours. Le jeune homme, lui, ne perçoit aucun son, mais il connaît assez bien ces animaux pour savoir que leur instinct est si grand qu'ils ne se trompent jamais. Pourtant, cette partie de la forêt est assez reculée, peu de gans se baladent par ici. Désireux de faire son travail, le garçon décide de s'enfoncer un peu plus vers le fond des bois, là où le cheval ne cesse de regarder, comme pour lui indiquer la direction. Le garçon n'est pas vraiment un bon pisteur, mais il se laisse plutôt guider par le cheval. L'animal, peu rassuré, ne se rebute pourtant pas à la tâche. Et, rapidement, une silhouette apparaît au travers des arbres. Hæ' regarde autour de lui, il se rend compte qu'il n'est jamais allé aussi loin dans la forêt, et pendant un moment, remarquant que les traces de sentier au sol se font rares, il se demande si il serra capable de retrouver son chemin. D'ailleurs, cela expliquerait sûrement la raison de la présence de cette jeune femme ici, elle doit être perdue. « Mademoiselle ? » Le garçon est encore à une dizaines de mètres de la demoiselle, mais il préfère s'annoncer avant. Mine de rien, parfois les gens sont impressionnés par l'animal qu'il chevauche, et le protocole est de prévenir de sa présence et de garder une distance de sécurité avec les piétons. Les réactions des chevaux, le plus souvent à cause de la peur, peuvent être impressionnantes. La concentration de l'animal, elle, reste fixée sur la jeune femme. A quelques mètres d'elle, il s'arrête, et d'une main, tenant les rennes dans l'autre, il relève légèrement sa casquette pour ne pas trop masquer son visage. « Vous êtes perdue ? » Il n'a pas besoin de dire ce qu'il est, c'est écrit en gros sur son blouson. Son visage est impassible, dès qu'il s'agit de relationnel avec un humain, il ne peut s'empêcher de se refermer légèrement. Ça ne l'empêchera cependant pas de faire son travail.
code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
Fear is death
○ please don't let me down
 
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

hæresis. dans la forêt des mal-aimés.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une Ame perdue dans la forêt de Cendre [Pv Nuage de Cendres]
» Dans la forêt de la nuit
» Dans la forêt.
» Une petite leçon dans la forêt
» La forêt de Lalwende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUSE DIS-MOI ::  :: extérieur de la ville :: la forêt des soupirs-